Customisation de caddie ?

Petite annonce

Pour le véhicule ambulant de brochures, tracts, autocollants, badges et fanzines de l’Infokiosque-Besac, nous aurions besoin de le rendre plus mobile qu’il ne l’est : les roulettes sont petites et ne permettent pas de monter sur les trottoirs facilement, sa manœuvrabilité est compliquée et quand il faut être deux pour le tirer dans une pente il n’a pas de poignée pour le hâler… bref il lui manque quelques petites améliorations… ou des membres doué-Es en bricolage ce qui n’est pas notre cas. 😉

Si vous vous sentez de relever le défi d’en faire un véhicule très mobile (avec des roues de landau ?, de vélo ?, de caddie plus grosses ?) et pratique avec ses contraintes (doit tenir dans une voiture, son contenu – deux caisses en bois l’une sur l’autre – doit toujours pouvoir tenir à l’intérieur, son parasol plié doit pouvoir toujours s’accrocher au caddie, etc.) et que vous êtes intéressé.E.S pour faire un atelier de bricolage en collectif ou à votre convenance, merci de nous envoyer un petit mot à notre adresse mail (infokiosque-besac@riseup.net).

Publicité

Projection de “Machines in flames”

Rentrée libertaire 2022-2023

Machines in Flames (2022, 50 min) est une enquête cinématographique sur l’insaisissable collectif C.L.O.D.O. (Comité Liquidant ou Détournant les Ordinateurs), mystérieux groupe de travailleurs du numérique qui a posé des bombes dans des locaux d’entreprises informatiques au cours des années 1980 à Toulouse. Explorant les nœuds cybernétiques du développement militaire, industriel et socialiste, Machines in Flames nous révèle comment les dispositifs d’enregistrement échouent à recueillir les cendres de l’histoire. Le film combine des vestiges d’archives, une chorégraphie informatique et de paranoïaques séquences de filatures nocturnes au service d’une enquête philosophique sur l’auto-combustion.

Machines in Flames est le premier film de the Destructionist International, et le premier d’une série sur l’appétit de l’ultra-gauche pour l’abolition.

Écrit et réalisé par Andrew Culp & Thomas Dekeyser ; Voix-off et composition musicale par Dana Papachristou, NMA Studios ; Mastering audio par FasmaTwist ; Sous-titres et traduction par Jackie Hensy, Guy E., Claude O. https://machinesinflames.com/

La projection du film sera suivie d’une discussion sur l’informatique et ses critiques.

Infos pratiques : Entrée libre. PAF (Participation Aux Frais) au chapeau. Grignotis vegan et boissons.

Le mardi 4 octobre à l’Autodidacte, 5 rue Marulaz, Besançon.
À 20 h.

Affiche du film, 2022
Articles de journaux de l’époque

Plein de bonnes choses pour un février bien chargé

Quoi de mieux pour se réveiller de sa torpeur hivernale que de prévoir trois événements d’affilés en une semaine ?

Deux soirées avec Axelle Playoust-Braure

Discussion autour du livre Solidarité animale : Défaire la société spéciste

Malgré la visibilité croissante de la « question animale », la confusion règne parmi ses divers commentateurs. Les termes dans lesquels le débat est posé, y compris dans les milieux progressistes, empêchent d’en comprendre les enjeux véritables.

Cet ouvrage, en dévoilant l’impasse théorique, éthique et politique dans laquelle nous enferme la société spéciste, clarifie les réflexions développées par le mouvement antispéciste en France. Proposant une synthèse claire et accessible, Axelle Playoust-Braure et Yves Bonnardel montrent en quoi le spécisme est une question sociale fondamentale et plaident en faveur d’un changement de civilisation proprement révolutionnaire.

Nous reviendrons avec l’autrice sur la genèse du livre, les origines théoriques et militantes dans lequel il baigne, pour ensuite plonger dans le contenu et continuer la conversation avec le public.

Conférence à propos de Zoopolis : Une théorie politique des droits des animaux

Cette intervention se base sur cet article publié dans Mouvements début janvier.

L’antispécisme consiste à prendre au sérieux ce que vivent les autres animaux, intimement, à la première personne, en eux-mêmes et pour eux-mêmes : leurs désirs, leurs préférences, leurs besoins. L’abolition des institutions de l’exploitation animale est donc un excellent départ (pour ne pas dire le strict minimum) et une préoccupation légitime des mouvements antispécistes. Mais ce principe de non-nuisance ne sera pas suffisant, car la justice envers les autres animaux ne revient pas à mettre un terme à toute relation avec eux.

Parce que certains sont membres de nos foyers et de nos communautés, que d’autres vivent parmi nous en milieu urbain, que d’autres encore vivent dans la nature mais entrent régulièrement en contact avec des infrastructures humaines, il nous faut réfléchir à la façon de partager les ressources et les lieux, de prendre en considération leurs intérêts et leur agentivité. Autrement dit, l’abolition de l’exploitation animale est le point de départ, et non le terme du projet antispéciste.

de l’urbanisme, de l’éthologie, de la géographie et de bien d’autres disciplines. C’est cette approche que développe Axelle Playoust-Braure dans sa conférence, en s’inspirant notamment de l’ouvrage de théorie politique Zoopolis, co-écrit par Sue Donaldson et Will Kymlicka.

Ateliers d’imaginaire Subtil béton par les Aggloméré·e·s

Les Aggloméré·e·s développent des imaginaires féministes qui explorent la dystopie capitaliste, raciste et patriarcale, pour en faire un terrain d’ouvertures et de prises de force. Formé·e·s aux pratiques d’éducation populaire, nous mettons en place des animations qui facilitent le partage de la parole, la diversité des points de vue et la création collective.

Pour tous les événements les modalités sont les mêmes :

Dû au contexte covidiste et à la taille de la salle, le nombre de participants est limité à 25 pour chaque événement. La réservation se fait par mail à infokiosque-besac@riseup.net ou en venant nous voir les mardis après-midi.

L’adhésion à SCOPS (la structure qui nous accueille) est obligatoire à l’entrée, avec un prix minimum de 1€. Cela sert à financer le local, qui en a bien besoin.

En parallèle une caisse prix libre est proposé, dont la récolte servira à financer la venue des intervenantes (défraiements etc.) et l’organisation des événements. Le surplus ira soit aux intervenantes soit à l’infokiosque pour de prochaines soirées !

Sur place des brochures seront présentes, concernant le sujet bien sûr mais aussi plein d’autres ! Des boissons seront aussi vendu par SCOPS. Pour des raisons covidiennes le masque devra être porté à l’intérieur.

L’ouverture des portes se fera chaque jour trente minutes avant le début de l’événement, donc à 19h mercredi et jeudi, et à 18h le vendredi.

À très bientôt !

Violences d’État : politique, police, justice… Des livres et des brochures


Pour compléter l’information liée à la projection de « À nos corps défendants »…

À la librairie L’Autodidacte, du groupe Proudhon de la Fédération anarchiste, 5 rue Marulaz, sont disponibles ces très intéressants et indispensables livres :

Gazer, mutiler, soumettre – Politique de l’arme non létale, Paul Rocher – La Fabrique éditions –200 pages, 13 euros, juin 2020.

État d’urgence et business de la sécurité – Entretiens de Mathieu Rigouste – Niet!éditions – 96 pages, 7 euros, septembre 2016.
Le livre peut se télécharger gratuitement sur le site des éditions Niet! en pdf.

La Domination policière : une violence industrielle, Mathieu Rigouste – La Fabrique éditions – 208 pages, 15 euros, 2012.

La liberté dans le coma, Essai sur l’identification électronique et les motifs de s’y opposer, Groupe Marcuse – aux éditions La Lenteur – 260 pages, 16 euros, 2019.

Bientôt à la librairie L’Autodidacte ou encore à paraître :

Bâillonner les quartiers – Comment le pouvoir réprime les mobilisations populaires, Julien Talpin, aux éditions Les Étaques, 9 euros, 176 pages, février 2020.

Rengainez on arrive ! – Chroniques des luttes contre les crimes racistes ou sécuritaires, contre la hagra policière et judiciaire des années 1970 à aujourd’hui, Mogniss H. Abdallah –  éditions Libertalia – 192 pages, 12 euros, novembre 2012.

Irréductibles. Enquête sur des milieux de vie de Bure à Notre-Dame-des-Landes, Sylvaine Bulle – UGA éditions, Collection Écotopiques – 370 pages, 25 euros, janvier 2020.

L’Âge du capitalisme de surveillance, Shoshana Zuboff – éditions Zulma – 720 pages, 26,50 euros, 15 octobre 2020.

Et des textes sur le site du collectif “Désarmons-les” comme ceux-ci :
Note et critique sur l’exploitation audio-visuelle des violences policières, publié initialement par Fractale.
MISE AU POINT : Quand Bizi, ANV & Co se rendent complices de l’État, Sur le contre-sommet du G7 au Pays Basque.
+ Bien d’autres textes et un site à découvrir si vous ne l’avez pas déjà fait.

______

Des brochures imprimées à SCOPS, 12 rue des frères Mercier sont disponibles :

« À l’air libre » + « S’opposer à la répression »
Au biribi des gosses
Aux mutinés de la prison sociale → Aux insoumis de la pacification sociale
Bases de self-défense juridique
Bouygues enfermement
Ce que l’on fait de la « justice » en milieu anti-autoritaire… Pistes et réflexions…
Ceci n’est pas une bavure – Z (revue)
Chroniques sur les révoltes anti-police dans le Missouri (…)
Contribution aux discussions sur la répression antiterroriste
Culture de la sécurité
Déplacements sous contrôle. Manuel juridique de l’arsenal répressif des transports en commun
Enfants et parloirs. BD
En finir avec les établissements pénitentiaires pour mineurs – dossier d’info
Face à l’outil antiterroriste, quelques éléments pratiques
Infiltration de RG dans le mouvement autonome
Infos et petites recettes pour les proches de détenu(e)s
La manif. BD.
La prison est-elle obsolète ? Angela Davis – 2003
La reconnaissance faciale dans les fichiers de la police
Le ciel est, par-dessus le toit, si bleu. Jan-Marc Rouillan
Le mythe de l’insécurité
Les hiboux face à la justice : état des lieux de la répression à Bure – sept 2019
Les mauvaises intentions, n°3
Manuel de survie en garde à vue
Mettre en place un groupe de soutien « anti-répression »
Non !. BD sur la prison.
Organiser un échange de savoir sur les situations de répression
Passe Muraille – sans titre… L’Europe n’a pas attendu…
Post-scriptum sur les sociétés de contrôle. Gilles Deleuze
Pour en finir avec le F.I.E.S. – Résistance et solidarité contre l’anéantissement carcéral
Qu’est-ce que le terrorisme ?
Sans papiers – s’organiser (…)
Refuser le fichage ADN
Résistons ensemble (chroniques et actualités)
Rien à déclarer – Manuel de débrouille face à la police et à la justice
Tactiques & systèmes d’autodéfense pour le manifestant moderne
Un rapport secret des RG sur l’extrême-gauche – 2000
Une succinte histoire des luttes carcérales depuis l’intérieur des prisons

Et d’autres sur le site infokiosques.net.

De bonnes lectures pour s’armer face aux violences et mieux les comprendre…

Annulation de la projection « À nos corps défendants » en raison de la covid-19

Bonjour !

Alors que nous sommes prêt-es (J-2) à recevoir Ian et discuter toutes et tous ensemble de ce documentaire qui reste très actuel, tout le monde (personnes de toutes couleurs de peau) a déjà commencé de percevoir les violences policières et de l’État au moment du confinement – des images Snapchat et Instagram tournées depuis les fenêtres confinées montraient souvent des scènes de policiers déchaînés frappant les passant-es de peau foncée qui avaient ou n’avaient pas l’absurde papier censé donner le droit d’exister dans l’espace public…

Mais ce genre de violence existe dans des quartiers, des manifs ou des ZAD depuis des années. Les gilets jaunes et leurs manifestations ont pu montrer aux citadins des centres-villes, l’arsenal répressif utilisé jusqu’à présent dans ces quelques endroits localisés et les violences injustifiées de la part de policiers. Violences, qui, la plupart, ne seront pas condamnées par l’État ni la justice : elles sont même encouragées par une politique que les gouvernements ne remettent pas en question : colonialisme, racisme, contrôle sociétal…

Bref… ce film, essentiel pour se rendre compte de la férocité systémique qui gouverne en notre nom, ne pourra être projeté à la librairie L’Autodidacte ce dimanche 20 septembre comme prévu : Ian, en raison de la covid-19 testée positive à sa co-habitante, ne pourra nous rejoindre.

Nous sommes profondément désolé-es pour Ian et pour vous qui souhaitiez discuter avec lui…
Nous essaierons de voir avec lui s’il peut revenir et quand ! Et nous vous en tiendrons informé-es.

En attendant de le rencontrer vous pouvez tout de même visionner le film grâce à ce lien :
https://www.youtube.com/watch?v=zrHcc_rPacE

La suite avec l’Infokiosque de Besac, se tiendra normalement :
le vendredi 9 octobre 2020, à partir de 19h à SCOPS, 12 rue des frères Mercier
Marie Béduneau vient présenter une conférence gesticulée autour du sujet :

AUTO-STOP BURE ou Comment aborder le sujet de l’enfouissement des déchets nucléaires grâce à la force de nos témoignages ?

à bientôt,
IB, l’Infokiosque de Besac

Rentrée libertaire : du nouveau !

Le programme de la rentrée libertaire est disponible.

Bien sûr, en cas de changements nous vous informerons, particulièrement en raison du covid 19 et des interdictions de se rassembler (même avec des mesures préventives dignes et autant respectables que celles des lieux commerciaux, de celles du travail et/ou institutionnelles !)…

D’ailleurs, contrairement à ce qui a été annoncé dans un post plus bas, les stands de librairies invitées sur la place Marulaz (à l’extérieur tout comme un marché aux puces, aux légumes ou autre salon du livre) ont été repoussés. L’anniversaire de la librairie L’Autodidacte se fera donc pour ses 21 ans l’année prochaine…